flamingo33.com

Zanzibar l’île aux épices

Après une traversée houleuse, le ferry nous dépose au quai de Stone Town sur l’ile de Zanzibar.

Nous débarquons avec un flot de touristes Africains et quelques Europeéns.

L’ambiance de l’île contraste avec la Tanzanie continentale, les porteurs côtoient les bajajis (tuk-tuk) et les taxis modernes, l’architecture est d’influence arabe et indienne.

Nous prenons un bajaji qui nous dépose devant notre hotel proche du vieux fort ….   

Voir histoire de Zanzibar 

Voir Nungwi et ses plages au nord de lîle

Voir Matemwe sur la côte Est

Stone Town, le centre historique de Zanzibar

.

Visite guidée de la vieille ville de Stone Town avec Yussuf.

.

Nous partons à la découverte du marché et des ruelles du quartier historique avec notre guide.
Stone Town, quartier historique de la ville de Zanzibar, est classée depuis l’an 2000 au patrimoine mondial de l’UNESCO

C’est un dédale de ruelles très animées aux échoppes colorées. Les portes en bois sculptées datent de l’époque des marchands Indiens et Arabes qui s’étaient enrichis avec le commerce de l’or, des épices et des esclaves. La visite du marché aux esclaves est un moment très émouvant.

Nous sommes en Afrique dans une île musulmane où les femmes en tissus colorés côtoient d’autres tout en noir et portant le niqab, ainsi que des Indiennes en sari.

Nous traversons le marché de Darajani où  les odeurs de cannelle, de curcuma (hiliki)  se mélangent aux odeurs de vanille et de clous de girofle. Des enfants dans l’école coranique chantent à voie haute. C’est d’une richesse culturelle incroyable. Mosquées et églises se côtoient.

Dans une boutique d’épices, la marchande nous conseille un restaurant indien « Harbour Kitchen ». La clientèle est indienne et la cuisine végétarienne, les serveurs sont très avenants et à notre écoute. Nous sommes transportés en Inde, sur un autre continent.

…..

à Zanzibar dans un restaurant indien !!!!

Au retour de notre séjour dans le nord de l’ile, nous décidons de revenir au restaurant indien. A côté de notre table, un gars, la cinquantaine et une jeune fille de type asiatique commandent aussi leur repas « masala dosa etc.. » J’entends qu’ils parlent espagnol avec un accent, Mig et moi pensons qu’ils sont Argentins.

Bingo! ils sont Argentins et nous sympathisons … nous rentrons vite dans le vif du sujet,  je leur dis que j’ai de la famille en Patagonie à El Bolson. Il est très surpris car il habite le village voisin de Lago Puelo… Vaya coincidencia !!!

Il gère une fabrique de dulces (confitures) nommée Masseube d’après le nom d’une commune du Gers !

 et là les langues se délient, il connaît SICOULY Monica ( la sœur de ma cousine Marina !!!!.)  C’est avec plaisir que nous parlons de notre famille et de ses projets ; car il est parti pour 6 mois en Asie et sa fille de 19 ans va rester en Tanzanie en bénévolat pour 2 mois près d’Arusha… Très belle rencontre !

Nous avons aussi la chance d’être présents pendant la semaine du ZIFF : Zanzibar International Film Festival.

.

.

Nungwi et ses plages au nord de lîle .

Zanzibar et ses plages idylliques.

Sortie en bateau à l’île de TUMBATU

De bonne heure nous partons en bateau pour l’ile de Tumbatu avec Camille une jeune française. Camille rêve d’y voir des tortues car c’est un lieu où elles nident et nous de nager avec les poissons tropicaux !!

La mer est trés agitée, apres une ½ heure de navigation nous prenons la passe et le pêcheur et son marin se mettent en protection de l’île pour que l’on puisse se mettre à l’eau. Il jette l’ancre, le bateau ballotte et un peu sceptiques, nous sautons à l’eau… en 2 secondes le courant nous déporte et les poissons sont bien difficiles à voir !!! nous nageons mais remontons assez vite.. il n’y aura pas de 2ème plongée !

 Nous allons  à l’île sauvage de TUMBATU et le pêcheur nous y dépose. C’est idyllique, la plage est immaculée  et le temps suspend son vol !!! Nous voilà des Robinson Crusoé ….

Pendant ce temps le matelot est tranquillement allongé dans la barque et ne s’aperçoit pas que la marée descend… c’est notre pêcheur qui nous rappelle au pas de course pour que l’on remonte vite sur le bateau. Le fond touche désespérément les coraux !….

Sur la pointe des pieds, faisant les funambules sur plusieurs centaines de mètres pour éviter aussi les oursins ! Nous arrivons et poussons notre embarcation. Impossible de la bouger … au loin comme par miracle 4 pêcheurs ont assisté à la scène et arrivent pour nous donner un coup de main. Cette fois-ci c’est  bon ; sur le retour le vent a forci .

Camille n’a pas vu les tortues et nous n’avons pas vu non plus les poissons ! Mais nous sommes contents de la sortie !!!…..

Le soir, nous nous sentons fébriles et fiévreux, il nous faudra quelques jours pour récupérer de notre rhume.
Le lendemain matin après 5 jours passés au Vanilla BnB chez Donatella à Nungwi ce sont les adieux et nous repartons avec nos bagages en boda-boda (moto) jusqu’au goudron….puis sautons dans le dala-dala (bus) qui nous ramène à Stone Town……

.

.

Ambiance au coucher de soleil sur la plage de Nungwi …

.

.

Matemwe

est un petit village sur la côte Est, le vent y souffle fort. Parfait pour les kites, beaucoup moins pour les nageurs qui doivent attendre la marée haute.

Pêcheuses sur la plage de Matemwe

.

L’histoire de Zanzibar

est marquée par un important brassage démographique et culturel.
Les premiers habitants, les Bantous de la région des grands lacs (Victoria, Tanganyika, Malawi) arrivèrent il y a environ 3000 ans. Suivirent des Arabes du Yémen et d’Oman, les Phéniciens et les Perses de Shiraz, ainsi que les Indiens attirés par le commerce de l’or, de l’ivoire, du bois et des épices.
De 1500 à 1700 est un sultanat indépendant sous protection des Portugais auquel ils versent un tribut.

Pendant 1000 ans, Zanzibar a été le port par lequel transitaient les esclaves à destination de l’Arabie et de la Mésopotamie.

De 1800 à 1890, les plantations de l’île Bourbon (la Réunion) et de l’île de France (île Maurice) nécessitaient beaucoup de main d’œuvre et la vente des esclaves atteint 40 à 70000 esclaves par an.
A partir de 1700 Zanzibar appartient au sultanat d’Oman qui y transféra sa capitale en 1840. Puis en 1890, Zanzibar toujours dirigé par des sultans Omanais passe sous protectorat britannique jusqu’à son indépendance en 1963.

Puis en avril 1964 l’archipel s’unit au Tanganyika (Tanzanie continentale) pour former un nouveau pays : la Tanzanie.

retour en haut de l’article

=O=