flamingo33.com

Voyager en Chine en solo ?

DSC_2684C’est possible !
Quelques conseils

1 – Préparation du voyage
Achat du guide du Routard ou Lonely planet … (le Petit Futé nous a souvent déçu)

Nous nous intéressons à l’histoire, les coutumes,le contexte politique, le climat …  Nous  consultons des blogs, puis nous préparons un itinéraire en réservant uniquement via Booking ou Agoda, les 2 premières nuits à l’arrivée de l’avion.
On étudie un minimum de vocabulaire :
apprendre à compter de zéro à 100 et dans le cas de la Chine jusqu’à 500 (500 yuans = 65€) ça nous suffit.
Négocier dans la langue locale donne de meilleurs résultats.
ni hao = bonjour, xiexie = merci, zai jian = au revoir, hao = c’est bon, bu hao = c’est pas bon,
Où se trouve l’hôtel XXX ?, la gare de train ?    la gare de bus ?
Je veux aller à XXX, ….    Combien ça coûte ?

Et dans le cas particulier de la Chine, nous avons entrepris l’apprentissage de quelques idéogrammes (sinogrammes).. Pour la prononciation c’est beaucoup plus difficile car c’est une langue tonale.
« Aller en Chine sans parler qqs mots de chinois, c’est comme aller au cinéma avec des boules Quiès ! »

Et bien sûr, achat du billet d’avion et demande de visa à l’ambassade : simple entrée 30 jours ou double entrée 2 x 30 jours. Petite inquiétude ; il faut montrer copie du billet pour avoir un visa mais si le visa est refusé quid du billet ?

2 – L’arrivée en Chine
DSCN3286
Heureusement à l’aéroport, les informations principales sont sous-titrées en pinyin (traduction phonétique du chinois en alphabet romain qui existe depuis 1958).
Retirer des yuans au distributeur c’est un peu sportif ! voir précédent article.

Si l’on prend un taxi, écrire ou faire écrire en caractères chinois le nom de l’hôtel. Nous avons pris le bon bus mais la difficulté était de savoir à quel arrêt descendre car personne ne parlait anglais. Au Yunnan, quasiment personne ne parle anglais. Leur tourisme est à 99.99% chinois.

D’habitude, dès notre arrivée, nous achetons une puce locale pour nos deux téléphones, mais cette fois ci, nous faisons 3 magasins, perdons une matinée et aucune puce ne nous permet l’accès à internet. Google, WhatsApp, Facebook et Gmail sont bloqués. Nous contournons la difficulté avec une adresse chez Hotmail et avec le moteur Bing. D’autres utilisent un VPN mais le gouvernement les bloque.

3 – Le voyage : transport et hébergement
Heureusement nous sommes hors période touristique et il y a de la place dans les bus, les hôtels et les auberges. Pour acheter les billets et choisir le bon bus j’écris sur un bout de papier le nom de la ville en chinois car nous ils n’arrivent pas à comprendre notre façon de prononcer les mots chinois.

Quand nous arrivons enfin dans le quartier où l’on veut dormir, on prend un thé où une soupe, puis on demande à laisser nos valises une petite heure et on part légers en quête d’un hôtel.
puis la phrase qui tue : You mei you konde fangjian ?   =  avez-vous une chambre libre ?

Mei You =  pas avoir
En chinois, pas de conjugaisons, pas d’articles, pas d’adjectifs.
You =  avoir      ….    c’est bon on peut enchainer :
Duo shao qiang ? =  combien ça coûte ?

Souvent, l’hôtelier sort la calculatrice pour nous annoncer son prix.
Ensuite, petite négociation car les Chinois ont l’habitude de négocier.
Les logiciels de traduction sur téléphone portable tels que Google traducteur est bien pratique. Les Chinois en sont adeptes.
prix moyen : 100 à 130 yuans la nuit soit 13 à 16 euros pour une chambre confortable et jolie avec eau chaude 24/24 et salle de bains mais pas de chauffage.

4 – Nourriture
Dans les restaurants, les menus ne sont pas traduits et nous faisons le tour des tables pour montrer du doigt ce qu’on veut manger. Ce n’est pas très poli mais ils sourient et nous conseillent. Ils lèvent le pouce pour dire que c’est bon.
Dans bcp de restaurants, les produits de base frais sont exposés (légumes, viande, poisson) et l’on peut choisir et ils cuisinent à la demande.


Au Yunnan, la cuisine est délicieuse et très variée et on arrive à éviter les plats trop épicés.
prix moyen d’un repas pour deux : 50 à 110 yuans soit 6 à 14 euros avec une théière de thé vert et un thermos d’eau chaude à volonté. Du coup on boit peu d’eau minérale.

4 – Le pipi   ( en chinois = Cesuo)
il y a beaucoup de toilettes publiques, et il vaut mieux ne pas se tromper de côté

Côté hommes, quelques fois, c’est juste une grande pièce, d’un côté un mur, une rigole et des hommes alignés et le long du mur opposé des toilettes à la turque sans aucune cloison ni séparation où d’autres hommes accroupis font ce qu’ils peuvent.
Côté mur pissotières on peut qqfois y lire : (traduit du chinois)
approche toi, un petit pas pour l’homme, un grand pas pour la propreté
Confucius 654 avant JC
Sagesse, humour et profondeur de la pensée chinoise me laissent rêveur.

En résumé,
A part les difficultés liées à la langue, les Chinois sont très sociables, les transports sont efficaces,  l’hébergement est confortable et la nourriture excellente (dans la province du Yunnan).
Le tourisme est développé et le niveau de vie est élevé même loin des grandes villes.